Reviews

Bon. Je ne suis pas le genre de mec qui bouffe des séries sans regarder l’horloge. Mais avec un lumbago arrivé sans prévenir qui me fait hurler au moindre mouvement, j’ai pris ça comme un signe du ciel, et j’ai décidé de rentabiliser mon abonnement Netflix. J’ai donc profité des 3 derniers jours pour enfin finir 2 séries, et commencer et finir une autre. Alors je me suis dis que comme on est entre nous, alors autant que je vous parler de ce que j’ai vu. Promis, je hurle pas de douleur.

 

poster_large.jpg-c_1024_350_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Happy

Si vous avez aimé regarder l’excellente mais glauque série New-York Unité Spéciale, vous connaissez Christopher Meloni (Eliott Stabler), excellent acteur qui a d’ailleurs entre autre voicé Hal Jordan dans le long métrage animé Green Lantern : First Flight. Cette série est une prise de risque et une excellente surprise. La série a été créée par Darick Robertson et Grant Morrison. Si vous ne connaissez pas Grant Morrison, et bien brûlez en enfer. Bon le pitch. Une petite fille est enlevée par le Père Noël, et son ami imaginaire, une licorne ailée modèle réduit qui réponds au nom de Happy,  qui n’est visible que par certaines personnes a décidé de trouver la seule personne capable d’aider : son père, Nick Sax, ex-inspecteur de police devenu tueur à gages après une bavure. C’est sur fond d’humour complètement déjanté, de gags crasseux, d’humour noir que cette série vous entraîne sur une dizaine d’épisodes dans une aventure complètement dingue avec des personnages marquants, et un anti-héros magistralement interprété. Je pense qu’une saison 2 ne serait pas de trop, les mystères laissés en suspens étant trop nombreux pour moi.

 

travelers-season-3

Travelers

Ce qu’il y a de bien avec Netflix, c’est qu’on peut découvrir des séries comme ça, sur le pouce, sans vraiment y croire et avoir des surprises, bonnes comme mauvaises. Travelers (Les voyageurs du temps en VF) est une de ces bonnes surprises. Des voyageurs du futur arrivent dans notre présent. Ils prennent possession des corps des gens qui sont sur le point de mourir , investissant le corps comme un fichier est remplacé dans un dossier sur votre PC. Afin de ne pas éveiller les soupçons, ils doivent continuer la vie de leurs hôtes comme si de rien n’était mais poursuivre aussi leur objectif : sauver le monde, et le futur. Le « Directeur » envoie ces « Voyageurs » dans le 21ème siècle en équipe qui doivent agir ensemble pour accomplir de petits objectifs, le tout pour réparer le futur, petit à petit. Les équipes sont composées d’un chef, d’un historien, d’un medic, d’un soldat, et d’un homme d’expérience. Toutes les équipes communiquent par le Darknet, et le directeur peut envoyer des messages depuis le futur en passant par des enfants qui une fois le message transmis ne se souviennent plus de rien.  Je suis tombé sur cette série vraiment par pur hasard, n’espérant rien de plus qu’une série un peu moisie sur le voyage dans le temps, bourrée d’erreur et au rythme poussif. Travelers est tout l’inverse. Deux saisons au rythme effréné vous emmènent dans une aventure complètement dingue, très bien ficelée et mon conseil perso, ne vous attachez à personne, tout le monde peut disparaître à n’importe quel moment. J’ai bouffé cette série (24 épisodes pour le moment, une saison 3 au four) en deux nuits. Je peux vous dire que c’est beau un lever de soleil.

 

0352149

Disenchantment

Bon bon bon… Impossible de passer au travers, tant Netflix à martelé à tout le monde qu’une nouvelle série made in « Groening » allait sortir. Après le présent avec les Simpson, et le futur avec Futurama, Groening s’attaque au passé. Se déroulant à une époque médiévale, la série nous permet de suivre les aventures de la princesse Bean (Théabeanie) qui doit se marier, mais qui ne le veux pas. Se résignant, elle passe par le grand hall ou sont entreposés les cadeaux de mariage, elle ouvre un cadeau un peu spécial dans lequel se trouve son nouveau démon personnel : Lucy. Agissant comme une conscience modèle méchant, Lucy est désormais rattaché au destin de Bean, et doit l’influencer dans tout ses choix. Dans le même temps, au pays des elfes, tout le monde s’amuse et chante. Le bonheur et les chansons sont partout, mais dans ce monde féerique une personne n’est pas heureuse : Elfo. Afin d’assouvir son besoin de découvrir le monde, Elfo décide de quitter définitivement le monde des Elfes et de découvrir le monde de Bean. Après moult péripéties, tout le monde se rencontre et vit des aventures trépidantes, notamment dues à l’alcoolisme de Bean. Bon. Cette série, courte pour sa première partie lance le rythme d’une série qui se laisse découvrir petit à petit, et qui promet. Il ne faut pas s’attendre à du Futurama ou du Simpson, et c’est là mon erreur. Je m’attendais à énormément d’humour alors qu’au final, l’humour est disséminé en petites touches, et rythme les épisodes de manière assez aléatoire. Un bon point, les épisodes se suivent, la continuité est directe et c’est appréciable, contrairement au Simpson ou il n’y a aucune continuité après quasiment 20 ans, ou encore Futurama, ou il y a vaguement une continuité. Les personnages sont cools, d’ailleurs je suis fan de Lucy. L’histoire en elle même ne casse pas trois pattes à un canard, mais elle a un gros potentiel. J’attends la seconde partie, sans pour autant piétiner d’impatience.

 

Edit : Mon dos étant quasiment guéri, je ne regarde plus autant de séries, mais je vais pouvoir au moins vous écrire un petit truc, notamment sur Batman Ninja, Death of Superman, et dès que je l’aurais terminée, American Horror Story.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s